Matinée de maintenance du dimanche 1er octobre 2023

Plein succès pour la reprise de nos activités à la Réserve, on est 19 pour la photo de groupe !!!

Deux étudiants de la haute école HELHA nous ont rejoints, ils vont effectuer en binôme un travail sur les écosystèmes de la Réserve.

Après avoir échangé nos impressions estivales, nous nous partageons en 4 groupes vu la dispersion des espaces où il est nécessaire d’agir.

  • Une équipe, aidée du tracteur, trace une large ouverture dans le roncier.  Suite à la demande d’Infrabel, il est nécessaire d’aller évaluer le danger que représentent les saules qui jouxtent la ligne 132.
  • Une autre va dégager l’accès côté Bois du Curé, où les ronces s’en donnent à coeur-joie …
  • Les marches de l’escalier « Indiana Jones » sont débarrassées des éboulis et feuilles mortes, le voilà comme un sou neuf ! Une ou deux marches devront être remaniées, pour plus de confort à la montée, mais surtout à la descente.
  • La plateforme du futur observatoire est sécurisée du côté le plus étroit (et dangereux …) de la falaise : une haie sèche a été dressée et tressée entre les arbres présents.  Voyez la photo : il s’agit d’une véritable palissade construite avec les longs bois coupés lors d’une précédente gestion.
  • La base de la haute falaise Est est débarrassée d’une bonne partie de ses « ligneux » qui gênent l’observations des belles strates de roches calcaires.  L’an prochain nous devrons prévoir un nouveau dégagement de la falaise elle-même.  A programmer avec un professeur d’élagage, ce travail nécessitant un équipement spécialisé et des techniques adaptées !

Midi sonne très vite … on se retrouve devant la falaise, sous un doux soleil d’arrière-saison, pour déguster de revigorantes boissons fraîches offertes par Val d’Heure !  Merci à eux !

Et un grand merci encore à tous les fidèles participants, bourrés de bonne énergie !

Eveline K et Jean-Pierre C – conservateurs

Prochaine séance le dimanche 5 novembre 2023 – entre 9h30 et 12h00.

Matinée de maintenance du dimanche 2 avril 2023

Gestion-chantier à la RNBC – dimanche 02/04/2023

Notre groupe bien étoffé et très motivé s’enrichit d’un nouveau membre : Anne, venue de Braine l’Alleud s’essayer à une première gestion de réserve.  Nous voilà encore 17 !!! Une Grive musicienne, juchée sur un arbre de la falaise, nous régale de son chant mélodieux, malgré la petite pluie fine.

Etienne a renfloué l’outillage, devenu insuffisant vu le nombre croissant de participants : de nouveaux ébrancheurs et pioches flambant neufs sont partagés entre les 3 brouettes, dont deux prennent la direction de la carrière nord, chargées de matériel lourd pour finaliser l’escalier « Papillon » de l’observatoire.

La dernière est chargée de petits arbres (bouleau et saules) déracinés avec soin au fond de l’esplanade sud.  Ils seront plantés dans le sol encore meuble jouxtant la montée de l’escalier, pour le stabiliser et former une haie protectrice.  Jeremy pré-creuse les trous de plantations à l’aide d’une barre à mine.  Il suffit d’élargir un peu les trous pour que les racines se sentent à l’aise.  Une double rangée d’arbustes prend ainsi place à côté de l’escalier.

Celui-ci continue de progresser de plusieurs marches.  L’équipe tombe sur un « os » en fin de matinée : un banc rocheux qui résiste aux vigoureux coups de pioche et de masse (cette dernière y laisse son manche, cassé net !).  Il restera donc deux marches à poser pour arriver à la plate-forme.  Les petits arbres plantés en novembre donnent de bons signes de reprise mais ne suffisent pas à baliser la plateforme.  Les « haies sèches » seront indispensables.

Etienne et Philippe s’en vont contrôler les travaux en bas de la rue Bois du Curé.  Un impressionnant trou profond accueillera l’égouttage qui ne devrait plus, d’ici peu, polluer la parcelle de la Réserve en contrebas de la rue.  Ils nous confirment que l’étang nord est à nouveau bien rempli après les pluies record de mars.  Quelques Bernaches (hélas du Canada …) y barbotent à l’aise.

Nous mettons aussi le paquet dans notre lutte contre Buddléias et Cotonéaster, encore bien visibles parmi les arbustes à peine en bourgeons. Nous les extrayons des broussailles à grands coups d’ébrancheurs.  Les longues branches déjà bien garnies de feuilles vont rejoindre le tas commencé le 5 mars !

Guillaume photographie une Petite tortue, courageux papillon printanier !

En bas, dans la carrière sud, une petite équipe s’affaire à poursuivre l’élimination des Pins noirs et autres végétaux invasifs (Peupliers baumiers, éternels Buddléias, …).

Un peu fourbus mais ravis de l’avancée de nos travaux, pas trop gênés par le petit crachin qui s’obstine à mouiller visages et cheveux, nous redescendons partager jus de pommes et thé bien chaud et une bonne petite papote ! 

Plein de « mercis » encore à chacun.e pour ces belles avancées, sur tous les « fronts » !

Eveline K et Jean-Pierre C – conservateurs

Prochaine séance gestion-chantier le dimanche 7 mai 2023 – entre 9h30 et 12h00.

Intervention des Scouts le 18 février 2023

Ce samedi 18 février, les pionniers de la 7ème TO de Mont-sur-Marchienne Haies sont venus prêter main forte pour travailler au niveau de l’accès « Bois du Curé » ainsi qu’aux abords du bras mort de l’Eau d’Heure, situé au fond de la réserve.

Le travail de ces six scouts motivés a consisté à déblayer de nombreux branchages situé dans le chemin d’accès ainsi que dans le jardin d’une riveraine suite à la chute, l’an passé, d’un arbre massif dans le terrain de cette dernière. L’arbre avait été débité et dégagé par du personnel Natagora mais il restait de nombreux troncs et branchages à évacuer.

Le groupe en a profité pour faire un bon ramassage des déchets aux abords du plan d’eau ainsi qu’à proximité de l’entrée du site.

Avec les futurs travaux de rénovation de la rue Bois du Curé et la mise en place d’un véritable égout, cette entrée secondaire gagnera en charme et retrouvera son côté bucolique d’antan.

Après un pain-saucisse rassasiant, les scouts ont pu découvrir la réserve de façon plus approfondie.

Un grand merci à eux pour leur aide !

Etienne DAYEZ

A la rencontre des chauve-souris – samedi 21 janvier 2023

On s’est donné rendez-vous sous le viaduc du R3, devant le talus bordant la Réserve.  Ils sont tip-top à l’heure : Coraline, qui participe régulièrement aux gestions, et Matteo venu de Bruxelles, tous deux actifs chez Plecotus, pôle « chauve-souris » de Natagora :

La météo est grise, plutôt froide mais sèche … nous prenons sans tarder la direction des fours à chaux qui jouxtent un des versants de l’ancienne carrière des Haies Germaines. 

Les deux hautes et profondes arches de briques disjointes offrent de belles possibilités de refuge pour les petites espèces de chauve-souris.  La patience des deux chercheurs est récompensée par la présence de petits Murins, d’une Pipistrelle et même d’un Oreillard, bien calé entre deux briques.

Munis d’un casque à lampe frontale et d’une torche électrique, Coraline et Matteo repèrent les petits hibernants sans les déranger.  Le flash des appareils photos, trop violent, est cependant à éviter.

Nous prenons ensuite le chemin de la Réserve.  Bref arrêt sous les arches des petits fours à chaux.  En partie remblayées, elles n’offrent sans doute pas assez de hauteur ni de profondeur pour servir de refuge hivernal aux petits mammifères ailés.

Par contre l’ancien « bunker » où étaient stockés les explosifs de la carrière se révèle riche en découvertes : les briques creuses installées par Natagora il y a quelques années abritent une huitaine de Murins !  L’un deux dort contre le béton, suspendu à une anfractuosité du plafond …

Je laisse Coraline et Matteo explorer les grands fours à chaux qui nécessitent des talents de spéléologues et une prudence de sioux ! Ils y découvriront aussi quelques petits squatteurs (surtout des Pipistrelles) la plupart pelotonnés dans des anfractuosités, ainsi que quelques papillons, attendant des jours meilleurs (voir les photos).

Au total ils auront relevé 37 individus (25 Murins, 1 Oreillard, 11 Pipistrelles), soit 19 de plus que l’an dernier – Coraline en avait alors repéré 18.

Voilà qui est encourageant … Le patrimoine industriel de nos vieilles carrières offre donc un refuge intéressant aux petites mangeuses d’insectes !

Pour en savoir plus sur ces étonnants petits êtres :

https://plecotus.natagora.be/

Eveline KIEVITS

Co-conservateur