Intervention des scouts le 13 avril 2024

C’est sous un beau soleil printanier et des températures presque estivales qu’une trentaine de scouts éclaireurs et pionniers de la 7eme Mont-sur-Marchienne Haies sont  venus prêter mains fortes pour une gestion au Nord de la réserve.

Après le démarrage d’un grand feu ,les abords du bras mort ont été déblayés de tous les petits branchages juxtaposés suite à l’abattage de nombreux saules à la demande de Infrabel.

Une équipe s’est attelée à dégager et rapatrier les déchets (principalement des vieux bois) qu’un ancien riverain indélicat avait entreposé à l’arrière de sa propriété jouxtant la prairie nord ,plus communément appelé « Roncier ».

D’autres ont dégagé du sol des vieux sièges de voitures encastrés dans le sol depuis plusieurs dizaines d’années.Pour terminer, pendant que les éclaireurs profitaient de la réserve pour y organiser un jeu défoulant , les pionniers ont réalisé une tranchée pour canaliser les eaux de ruissellement et ainsi limiter l’extension d’une zone marécageuse.

Un tout grand merci à eux pour ce grand coup de main bienvenu!

Etienne DAYEZ

Matinée de maintenance du dimanche 7 avril 2024

Météo bien printanière malgré un petit voile de sable du désert … et 27 paires de bras pour cette avant-dernière opération avant un repos estival bien mérité pour nous !

Bernadette a participé avec Coraline (Plecotus) à l‘inventaire des chauve-souris du site en janvier : elles y ont relevé la présence de 9 Murins de 3 espèces différentes, 10 Pipistrelles ainsi que 10 Murins bien installés dans les fours à chaux jouxtant l’ancienne carrière des Haies Germaines.

Le 6 mars, Bernadette a accompagné un groupe intéressé par les chants d’oiseaux.  Avec une personne bien formée en ornitho.  Elles ont entendu le chant de quelques espèces printanières précoces mais pas encore de Fauvettes, qui viennent seulement de revenir. 

Les mares sont encore bien en eau, même celle proche de la falaise sud.  De longs filaments noirs signalent que ça y est, les Crapauds calamites ont pondu, pourvu que la mare ne s’assèche pas trop vite …

Avec ma petite équipe nous partons à la chasse aux « invasives » … bingo ! Voilà une jolie enfilade de Peupliers américains, reliés par de longs rhizomes (leur spécialité …).  Plus loin ce sont des Buddléias qui jouent à cache-cache sous les saules et bouleaux … on pioche ferme, on ébranche quand la souche est trop importante.  Quelques Pins noirs passent aussi de vie à trépas.

Nous migrons ensuite vers l’esplanade au nord de la roselière pour faire un sort aux petits ligneux qui s’obstinent à y germer.  Isabelle y fait une belle découverte !  Une superbe Cétoine dorée (Coléoptère) posée sur de la mousse.  Nous la re-déposons vite dans son milieu, après l’avoir photographiée. 

Une équipe autour de Laurent poursuit le travail d’amélioration d’un passage du grand escalier. Il faudra répartir les marches nouvellement débitées par Guillaume dans le stock de billes de chemin de fer gardées en réserve. Trois marches seront placées et bloquées par des ronds à béton récupérés sur place. L’objectif est de terminer ce ré-aménagement avant l’été.

Une équipe s’attaque efficacement au ligneux revenus en force dans la prairie à graminées du plateau. Beaucoup de jeunes sur ce travail avec notamment la famille de Harold venue pour la première fois. Les quelques chênes sont préservés ainsi que les églantiers. Il reste une petite frange de lisière à éclaircir et peut-être à éliminer quelques églantiers trop nombreux.

Sébastien et Jeremy vont planter une série d’arbrisseaux sur le long talus, pas simple tellement le sommet de cette butte est caillouteuse.

Julien et quelques autres volontaires vont inspecter la bande arbustive bordant la ligne 132. Le but est d’éviter que cette haie ne referme complètement le chemin en un tunnel de verdure, rendant ainsi difficile la circulation des insectes entre la vallée de l’Eau d’heure et les bassins de décantation devenus forestiers. Ils s’assurent que quelques passages encore ouverts le restent.

Tout au nord de la réserve, une équipe va s’activer autour des grands arbres coupés suite à la demande d’Infrabel en commençant à dégager l’enchevêtrement des arbres abattus le long du bras mort. Avec le tracteur, le chemin d’accès le long de bras mort a été nivelé. Par ailleurs, il était nécessaire de faire le point sur ce que les scouts pourront réaliser à cet endroit de la réserve lors de leur venue le 13 avril.

Cette journée bien chargée sera agrémentée par la visite de Cyrille Gerstmans, technicien-chercheur du Jardin botanique de Meise venu à la recherche d’insectes porteurs de très petits champignons spéciaux (entomophiles) de l’ordre des Laboulbéniales. (voir exemple en photo ci-dessous). Dans les prochains mois, il viendra plusieurs fois dans la réserve du Brun Chêne afin de faire des relevés.

Encore une fois : quel boulot abattu sur cette matinée ! Super ! Merci aux volontaires !

Prochain rendez-vous le dimanche 5 mai 2024.

Eveline & Jean-Pierre, conservateurs

Maintenance du dimanche 3 mars 2024

Quelques gouttes de fine pluie au moment de l’arrivée des 15 volontaires pour cette matinée de gestion, temps sec jusqu’à notre départ du site.

Philippe explique d’abord ce qui va se passer tout au bout de la réserve en bordure de la ligne 132 : Natagora va éclaircir nettement une rangée de saules qu’Infrabel trouve dangereux pour les voies, cela en quelques jours de travail pour une entreprise privée qui commence lundi 4 mars.

Pour cette matinée de gestion, les actions à faire sont distribuées :

  • avec Jérémy, un groupe pour la suite de l’arrachage des petits ligneux dans les pierriers aux alentours des roselières, en récupérer les plus fournis en racines pour les planter sur le talus bordant la rue du Pont-à-Nôle,
  • avec Laurent, un groupe sur le grand escalier pour démolir le linteau de béton sortant du versant et qui nous gêne pour redessiner l’escalier,
  • avec Julien, un groupe pour jeter un « mauvais sort » aux plantes invasives : arbres à papillons, peupliers américains et cotonéasters,
  • avec Philippe au tracteur, un groupe pour recharger en gravier les portions de cheminement trop humides ou boueuses.

Les groupes s’acquittent avec dynamisme de ce programme :

  • une belle brouette de petits ligneux indigènes sont récupérés et plantés sur 20m de ce talus qui protège la réserve d’incursions mécaniques indésirées,
  • avec son brise-béton personnel et le groupe électrogène prêté par Charleroi Nature (merci Chana !), l’équipe autour de Laurent détruit efficacement le gros bloc de béton, les ferrailles sont coupées à la disqueuse portative, cette portion du grand escalier pourra être ré-aménagée en avril,
  • dans le versant de cet escalier « Indiana Jones », Guillaume P. tronçonne quelques arbres (tombés ou morts) pour dégager la zone de travail autour du bloc de béton à rogner, certains troncs seront utilisés en avril,
  • sur le plateau, Guillaume R. et Nathan (nouvellement arrivés dans l’équipe de gestion) commencent à déraciner les ligneux devenus trop présents dans cette prairie à graminées, 2 tas de branchages sont également rassemblés en un seul à éliminer prochainement,
  • les buddléias viennent augmenter fortement les tas de branchages qu’ils faudra brûler sans trop tarder (ce faisant, l’équipe de Julien découvre un vieux tas de déchets à emporter prochainement),
  • le passage entre les roselières est rechargé très efficacement en graviers, d’abord du gros calibre recouvert ensuite de fins cailloux, les visiteurs pourront passer les pieds bien au sec.

Quel boulot abattu sur cette matinée ! Super ! Merci aux volontaires !

Jean-Pierre Coqlet

Prochain rendez-vous le dimanche 6 avril 2024.

Matinée de maintenance du dimanche 4 février 2024

Première gestion de l’année 2024 : 20 volontaires au rendez-vous !

La bruine cesse au moment du briefing, elle ne reprendra fortement qu’à notre départ.

Nous donnons d’abord quelques infos au sujet des 10 ans de la réserve qui seront commémorés le dimanche 6 octobre 2024 après-midi.

Nous poursuivons par une évocation d’André Servais disparu tout dernièrement, guide-nature et participant à plusieurs gestions au Brun Chêne. Vient ensuite le programme proposé aux participant(e)s.

Plusieurs tâches seront abordées lors de cette matinée :

  • suite de l’arrachage d’arbrisseaux près de la grande roselière
  • plantation de saules récupérés sur le talus longeant le Pont-à-Nôle
  • arrachage d’arbrisseaux sur le terrain calcaire et la prairie à graminées
  • analyse de la mise en œuvre d’une zone du grand escalier où quelques marches doivent être remodelées
  • utilisation du tracteur afin de recharger en gravier le passage surélevé
  • analyse de l’installation de 2 pictogrammes pour annoncer le danger au niveau du belvédère
  • ramassage de quelques déchets
  • tronçonnage un arbre tombé dans le chemin longeant la ligne 132
  • accompagnement de jeunes recrues aux nombreuses questions

Ce fut aussi l’occasion de flâner à gauche et à droite, contents de nous retrouver dans la réserve en ce moment de l’année où les jours rallongent et où on perçoit un timide réveil de la Nature.

Un chant d’oiseau à identifier, un beau champignon rouge (une pezize) qui se fait bien voir, des rosaces de feuilles qui reverdissent franchement, des coccinelles engourdies, … telles sont de simples observations emplies de poésie qui n’ont pas manqué.

Une grande flaque laiteuse aiguise aussi notre attention : comment s’est-elle formée ? Probablement des remontées de poussières calcaires remontant du sol carrier sous la pression des fortes pluies des derniers mois.

Merci aux volontaires !

Et rendez-vous le dimanche 3 mars 2024 comme d’habitude.

Jean-Pierre Coqlet Conservateur

Matinée de maintenance du dimanche 3 décembre 2023

Première petite gelée à notre arrivée dans la réserve. Nous sommes 14 au rendez-vous mensuel des bénévoles motivés, comme d’habitude. Nous faisons 2 groupes.

Un groupe ira déraciner les petits ligneux indésirables poussant en lisière nord de la grande roselière, entre le panneau didactique et la petite mare située au bas de la falaise sous le belvédère.

Ces pirates ligneux ne sont pas qu’en bordure car ces arbustes se camouflent et poussent dans les phragmites. Nous devons rechercher les plus minces attentivement pour les localiser. Les moyens seront déracinés et les plus imposants sciés à leur base. Le tout chargé en plusieurs brouettes pour charger le tas de branchages qui grossit en bordure du chemin pierreux. Le groupe s’active à remplir une vingtaine de brouettes au moins. On avance vite et les roseaux pourront pousser sans encombre au printemps 2024.

Le second groupe s’attaque au trottoir qu’il faut dégager pour éviter de devoir marcher sur la route : ronces, orties et autres plantes herbacées en tenue d’hiver sont coupées, la débroussailleuse s’active efficacement aidée de quelques coups de bêche pour sectionner les collets récalcitrants. Tout ce qui est coupé est finalement réparti sur le talus.

La double-image avant/après montre bien le travail accompli. Impec !

Un gros sac de déchets est rempli avec ce que les usagers de la route nous laissent « bien gentiment ». Quelques buddleias qui défiguraient l’entrée de la réserve côté grille sont coupés.

Vers midi, rassemblement près de la remorque où nous attendent thé et café chauds (merci Etienne). Voilà encore une gestion dans une bonne ambiance et efficace. Merci aux bénévoles !

Jean-Pierre COQLET

Matinée de maintenance du dimanche 5 novembre 2023

Pluie et grand vent semblaient complices ce matin pour nous décourager … mais non ! Nous étions 17 au pied de la falaise, pour cette deuxième gestion automnale.  Et … miracle !  La pluie a fait trêve jusque 12h00, nous permettant de travailler avec entrain pour nous tenir chaud (le vent lui n’a pas faibli …).

Les mares temporaires sont à nouveau bien hydratées mais jusqu’à quand ?  Les pronostics sont de plus en plus hasardeux … nous avons remarqué que le Crapaud alyte se fait plus discret ces derniers temps. 

Une équipe « d’ingénieurs » s’est rendue au chevet de l’ancien escalier « Indiana Jones », deux des marches supérieures sont à retravailler.  Etat des lieux, évaluation des travaux et du matériel nécessaires … Coup d’œil au roncier, suffisamment dégagé pour donner accès aux élagueurs de Natagora, petite visite aussi au nouvel escalier et à la plateforme de l’observatoire.  Zut, la haie sèche a été tassée, il y a des traces de passage … il faudra donc renforcer la structure !

A plusieurs nous dégageons les esplanades des petits ligneux, bouleaux, saules, insolents buddléias, … Pauline repère un Crapaud calamite, qui mérite bien son surnom de « Crapaud souris » … il détale sous nos yeux de toute la force de ses petites pattes mais se laisse quand même photographier !  Sous les bouleaux au pied de la falaise qui jouxte la carrière nord, une jolie station de petits Clitocybes blancs se laisse aussi prendre en photo, recto-verso …

Etienne et Jean-Pierre, à l’aide d’une échelle, s’occupent de remplacer les panneaux de mise en garde destinés à décourager les éventuels amateurs d’escalade des grands fours à chaux.

Philippe se préoccupe de remettre quelques petites affichettes (« interdiction vélo/moto » et « tenir son chien en laisse » que des contrariés s’échinent à arracher régulièrement…) aux entrées et près des mares.

Enfin, Guillaume et Philippe s’attachent à tronçonner un arbre cassé par le vent qui obstrue le chemin qui passe devant les anciens bassins de décantation ainsi que le tronc au bout du roncier pour parachever l’accès nécessaire à Natagora en vue de l’abattage des arbres le long du chemin de fer.

La trêve pluviale est terminée … on se retrouve devant la falaise, pour la rituelle boisson partagée Merci à Val d’Heure ! Puis on se sauve sous les rafales de

Merci à tous et à chacun pour votre fidèle présence !

Eveline K et Jean-Pierre C – conservateurs

Prochaine séance le dimanche 3 décembre 2023 – entre 9h30 et 12h30.